Coulisses

Depuis 1979, les médias les plus téméraires parlent à grand-peine des morts africains en fin d'émission, la faute à ces satanés « accidents de circulation » probablement aux torts de ces nègres de piétons.
D'ailleurs, toutes les victimes africaines, tombées jusque-là sous les roues du Paris-Dakar sont anonymes, presque invisibles.
A partir d'aujourd'hui, elles ne le seront plus...
Vendredi 13 janvier 2006, Boubacar DIALLO (10ans), Guinéen, est tué par Maris SAUKANS et Andris DAMBIS concurrents n°420 (Auto) du Paris-Dakar
Samedi 14 janvier 2006, Mohamed NDAW(12 ans), Sénégalais, est tué par une voiture d'assistance du Paris-Dakar.
Pour ces 2 enfants, SHERAZE et les Minots ont chanté "Stoppez le Dakar" à Marseille. A écouter et à télécharger sur le site.
Actions supprimer le Rallye Dakar sur le site
Pétition en ligne : http://www.gopetition.com/petitions/appel-suppression-du-rallye-dakar.html

Les coulisses du rallye Dakar, tous ce que les médias ne vous disent pas, et ce n'est pas faute d'envoyer des centaines de journalistes suiveurs...très suiveurs!

 

Face à une sécheresse intense ayant entraîné une pénurie d'eau sans égale dans le pays, la population ne digère pas l'investissement de plusieurs millions de dollars de l'argent public pour le passage en Bolivie d'un indigne rallyedakar au lieu de donner la priorité aux projets de l’eau. D'où les nombreuses manifestations depuis l'annonce officielle de la venue du rallye de sinistre mémoire.

Il a fallu envoyer pas moins de 110 policiers pour arrêter 4 jeunes étudiantes,
Violeta Tamayo Oliver, Daniela Troche Guzman, Reyna Zúñiga et Ninon Gamarra
qui manifestaient contre le rallyedakar ce 7 janvier 2017 à La Paz.

D'autres témoins disent que ce sont 5 personnes qui ont été interpellées.
Il faut dire que les banderoles ne laissaient aucun doute sur les motifs de la colère des manifestants :

« La merveilleuse ville de La Paz sans eau et Bienvenue au Dakar ? »,
La Paz a besoin d'eau, pas du Dakar »

L’information a été également confirmée par le professeur José Luis Álvarez, chef de file du Magistère de La Paz, qui a regretté que certaines personnes soient arrêtées, « juste pour avoir exprimé publiquement leur protestation et écrit sur la forme d’affiches ».
« Les enseignants ont également été attaqués et violentés par des inconnus. Le gouvernement recrute les gens qui commettent des agressions dans ce type de manifestations », a t-il fait remarquer.

Après plusieurs heures de protestations des militants devant les locaux de la police de la rue Pando et devant l'importante présence des médias locaux, les personnes arrêtées ont été libérées, sous les acclamations des autres manifestants.
D’autres manifestations contre le rallyedakar ont eu lieu sur la route La Paz - El Alto, où des défenseurs de l'environnement et de la cause animale sont venus exprimer leur opposition.

La caravane de la Honte a trouvé refuge dans la caserne du Collège Militaire de Irpavi pour sa journée de pause.

 

 

 

 

 

 

Les affaires reprennent.

Des témoins parlent de 3 adultes polytraumatisés et 1 garçon de 7 ans, crâne fracturé à Uyuni dirigés sur l'hôpital de Potosi Bracamonte.
puis de 7 personnes ( 4 enfants et 3 personnes âgées) à Challapata envoyés dans un hôpital d’Oruro.

1400 journalistes accrédités , 22.000 policiers, n'ont rien vu.

Le ministre de la santé bolivien qui dit ne pas connaître les détails des accidents mais qui sait de source sûre et ne nie pas que ce sont des spectateurs qui sont concernés, « imagine » que ceux-ci devaient suivre la course...
Il demande donc, sans rire, « que les spectateurs du rallyedakar soient plus prudents et ne conduisent pas si ils sont déjà fatigués ou s’ils ont consommé des boissons alcoolisées ».

 

 

 

 

RALLYEDAKAR 2017 : Manifestations et protestations diverses, dissensions et intense guerre intestine n'y ont rien fait.
Le plus grand sacrifice humain officiel toléré est lancé.
Le record à battre est connu : 76 morts connus depuis 1979

 

 

 

 

 

 

 

Les manifestations Anti Rallyedakar2017 en Bolivie qui n'ont pas cessé depuis l'annonce du passage de la caravane de la Mort et de la Destruction atteignent leur point culminant ce 7 janvier à La Paz.

La population bolivienne n'accepte pas qu'on lui impose la présence d'un rallyedakar financé par l'argent public dans un pays souffrant d'une cruelle pénurie d'eau potable. Face à un rationnement de l'eau drastique et inquiétant, les citoyens se joignent au mouvement pour bloquer le passage des pilotes jusqu'à l'arrivée à La Paz, capitale du pays.

Le Gouvernement bolivien crie au complot politique et au sabotage, traitant les opposants d'anti patriotes nuisant à l'image et à l'économie du pays.

ASO réfute énergiquement utiliser l'eau du pays et reconnaît son autonomie totale en eau (ce qu'elle niait totalement en Afrique) pour l'usage de sa caravane.

Pour faire bonne mesure, avec son élégance humanitaire coutumière, ASO promet de faire don, selon les sources, de 4 à 7 citernes d'eau à la Bolivie.

En attendant, malgré les brutalités recensées dans les précédentes manifestations, la population de La Paz a lancé depuis des mois une campagne qui rencontre une large adhésion sur les réseaux sociaux contre le rallyedakar , avec le hashtag # AguaSíDakarNo (Oui à l'eau, Non au Dakar).

Devant la bronca, 6 200 soldats sont mis à contribution pour la sécurité du Rallyedakar.

 

 

 

 

 

 

 

 

16 janvier 2016: le pilote américain Robby GORDON, Hummer n° 312 percute d'autres usagers de l'autoroute Rosario-Cordoba.

3 américains sont blessés : 1 femme de 28 ans et 2 hommes de 37 et 62 ans.

 

 

 

QUI SOMMES NOUS

Un Collectif Actions pour les Victimes Anonymes du Dakar ( CAVAD) s’est constitué le 22 janvier 2006 à Marseille pour obtenir:
1) la suppression du Rallye Dakar
2) la juste réparation pour les victimes anonymes de ce rallye indécent