Ave, Paris-Dakar!

Libre adaptation du texte Avé César de David Grossman

Persévère, ô Paris-Dakar. La mort nous guette à chaque instant, mais toi, notre maître, persévère. Ne laisse pas nos vies et nos morts misérables se mettre en travers de ton chemin. Tu as un plan. Nous en sommes sûrs. Et pour cette raison, nous sommes persuadés que tout ce que nous voyons autour de nous n’est que le prélude d’un futur radieux, une idée brillante qui, un jour, changera la face du monde.
Tu sais, l’air désespéré de l’Afrique n’est qu’une façade. Elle n’a pas vraiment le sentiment d’abriter des morts-vivants. Nous croyons à tes promesses de développement, ô Paris-Dakar.
Nous le sentons venir à grands pas ailés. Tu forceras nos ennemis (les ANTI) à nous aimer, quoi que nous fassions. Tu nous débarrasseras des obscures voix discordantes, et à la place, tu installeras des célébrités plus accommodantes et moins regardantes. Et alors, en un clin d’œil, le cœur de nos ennemis se remplira d’amour pour nous. Ils nous pardonneront toutes nos mauvaises actions, et même, ils les justifieront, et ils reconnaîtront qu’elles avaient un but.
Nous n’avons aucun doute sur ta capacité à réinventer la nature humaine, et nous savons que tu es l’ évènement qui saura façonner ce continent, et l’amener à accepter ce que nous lui offrirons, et même à accepter ton refus total de lui donner quoi que ce soit. Ce n’est pas parce que personne, quelle que soit sa puissance, n’a jamais réussi à perpétuer une telle occupation, dans de telles conditions, que c’est une loi de la nature.
Nous pouvons être les premiers ! Pourquoi pas ? Seulement, nous t’en supplions, il faudrait que tu bouges. Parce que, comment dire ? Il ne restera bientôt plus personne. Ni sponsors, ni participants.
Illustre Paris-Dakar, les temps sont un peu durs, au cas où tu ne l’aurais pas remarqué, mais tu l’as remarqué, bien sûr. Mais tu es fort, bien plus fort que nous, il n’y a pas de doute. Nous sommes faibles, obnubilés par l’appât du gain, la recherche de notoriété. C’est pour cela que nous avons besoin de toi, pour nous conduire avec ta riche et puissante caravane, l’une des plus fortes du monde, vers un avenir nouveau, le temps du Loisir-Colon, comme on pourrait l’appeler (comme nous le faisions dans les années 50). Un avenir où chaque fois qu’un imprudent nous critiquera, nous frapperons en retour ! Ils nous vilipendent ici ? Nous les musèleront là. Ils mènent des guérillas sur le net? Nous userons de nos missiles de silence médiatiques. Quel déluge, et quelle idée géniale ! Ça, c’est ce qu’on peut appeler exploiter sa force à plein !
C’est vrai, parfois, l’ombre d’un doute s’insinue dans nos pensées délétères, sur les différentes définitions du courage et de la lâcheté, de la foi et du défaitisme. Il arrive qu’un petit démon antipatriotique nous murmure à l’oreille que peut-être, nous ne devrions pas être là et qu’il faudrait peut-être essayer de nous tirer de là.
Quelquefois, des langues bien pendues ont le culot d’insinuer qu’avec les cartes absolues que nous avons en main, le désespoir, le comportement barbare , nous pourrions, d’une façon ou d’une autre, mieux nous comporter.
Mais, évidemment, pour répondre à cela, nous avons un argument irréfutable : nous avons déjà essayé ! Nous leur avons tout offert, c’est un continent peuplé d’incapables et de paresseux ! Alors, à l’unisson, nous déclarons : « Mourons avec les Philistins ». Ça leur apprendra !
Parfois, il faut le dire, nous nous y perdons un peu. Pardonne-nous. Quand nous écoutons certains témoignages, nous commençons à nous demander si le plan est si intelligent et sophistiqué que cela, et s’il a vraiment des réponses à l’apocalypse qui se produirait si ces actions perduraient.
Nous commençons à nous demander si, au nom de nos objectifs ludiques, tu n’as pas pris la décision stratégique de déplacer le champ de bataille, non chez l’ennemi comme il est d’usage, mais vers un domaine où règne la révolte la plus totale, celui de l’auto-anéantissement, où nous n’obtiendrons rien, et eux non plus : Un gros et gras zéro.
Mais ce ne sont que des vétilles, des pensées passagères. Tes loyaux sujets n’ont aucun doute sur ta sagesse et ta vision. Très bientôt, il apparaîtra à tous qu’il y avait une raison profonde pour jouer de cette façon absurde, pendant des années, et pour accepter de « suspendre notre incrédulité », comme au théâtre, en attendant que l’intrigue se dénoue et que le secret se révèle.
Quand, finalement, nous seront révélées ces raisons, qui pour le moment sont au-delà de notre entendement, nous continuerons encore à te soutenir de tout notre cœur. Nous qui allons continuer de mourir, par dizaines, nous te saluons.

Ave, Paris-Dakar, Morituri te Salutant!

Le Dakar et la beauté du sport

Le sport, le dépassement de soi, le goût des défis … Voilà ce que l’on entend depuis quelques jours dès que l’on aborde la course du Paris-Dakar. Aujourd’hui, nous avons eu droit aux hommages répétés à monsieur Sabine, fondateur de cette course stupide dans le désert même si on peut lui accorder une légitime passion pour l’automobile. Si l’on ajoute à cela que Balavoine était aussi de ce dernier voyage, on comprend que nos chères télévisions endormies se précipitent sur cette actualité. On oublie simplement que ces deux personnages, et d’autres, ont été tués non en voiture ce qui pourrait sembler logique dans un rallye automobile, mais dans un hélicoptère. Le Dakar n’a aujourd’hui plus grand chose à voir avec un défi sportif tant les camions, les hélicoptères, les GPS et autres outils informatiques font de cette course un simple miroir d’inégalités financières et technologiques. Si on a une quelconque sensibilité environnementale, on comprend encore moins le sens de cette course qui pollue un milieu naturel bien plus fragile qu’il n’y paraît, le désert.
Toutes aussi désertiques furent les commentaires sur la mort d’un jeune guinéen d’une dizaine d’années venu avec ses parents admirer le spectacle … Il ne s’agit pas ici de faire de la repentance anti-coloniale ou de supposer les organisateurs de racisme. Il s’agit simplement de douter de l’opportunité d’une course qui n’a de défi à relever que celui de l’ensablement et de la chaleur, mais qui surtout est chaque année meurtrière. La mort de ce gamin serait profitable si elle entraînait une révolution du Dakar: pourquoi ne pas faire la course à pieds, en chameaux ou dromadaires ? Ou si l’aspect automobile de la course est si essentiel, pourquoi ne pas en faire un outil de promotion des véhicules propres en utilisant des voitures entièrement propres ? Le sport n’en serait pas moins beau….
Mais rassurez-vous, amis lecteurs et fans de ces exploits sportifs, la course n’est pas en danger. Comme un clin d’oeil, alors que je venais de publier les lignes ci-dessus, Le Monde indiquait sur son site internet qu’un deuxième enfant, de 12 ans, avait été tué aujourd’hui même. Mais il n’est bien entendu pas question de changer les habitudes ni de remettre en cause le podium qui sera l’occasion d’une effusion de joie des héros du désert. Après tout, qu’est-ce que la vie d’un enfant ? D’autant que le hasard fait bien les choses: l’accident, provoqué par un camion d’assistance, donc entraînant une responsabilité de la course, a eu lieu sur une route nationale, de quoi déculpabiliser les partisans de ce défi; et puis, la famille étant musulmane, l’enfant sera inhumé dans les prochaines heures, de quoi étouffer plus vite ses cris et l’éventuelle émotion qui aurait pu nous frapper. Comme disent les cons dans ces moments-là, vive le sport!
http://www.u-blog.net/jaimelapolitique/note/90
Forum de l’article

je me demande bien ce que nous dirions si les sénégalais organisaient chaque année le rallye Dakar Paris et s’ils écrabouillaient des gamins en traversant des villlages du larzac ?

L’afrique n’est plus que le terrain de jeu, la décharge des occidentaux : elle asphyxiée par notre commerce unilatéral, nos industries alimentaires ou pharmaceutiques sans scrupules, vidée de ses ressources, détruite par la famine et le SIDA (que nous n’aidons pas à vaincre en gardant nos politiques scandaleuses envers ce continent)

Bref, les africains, tout le monde s’en branle…alors un gosse écrasé sur une piste….
2006-01-15 14:36:17 de amelichan
pour le rallye ok mais j’avoue que je ne suis pas d’accord avec ton deuxième §
2006-01-15 20:11:28 de torvik
parce que tu considères que nos gouvernements font en sorte que l’Afrique se développe? il suffit de voir les négociations de l’OMC pour voir que beaucoup de politiques d’aide au développement ne sont que des façades…
2006-01-15 20:20:54 de amelichan
oups ça a bugué…
Donc je disais que faire une course dans le désert ca me dérange pas trop mais passer dans des village ou même à proximité je trouve ça débile… Qu’un motard se tue : c’est dommage mais il connaissait les risques et quand on se crash à 140km/h c le cimetière assuré… mais que 2 enfants meurent c’est un scandale…
Le Dakar ça me fait penser à ces safaris du 19ième faits par de riches aventuriers… ça sert à rien et c’est dangereux pour tout le monde …

Pour le débat : c’est clair que l’Afrique est déconsidérée par les politiques occidentales mais comme dirait mon prof de géo africaine : le problème vient aussi du manque de maturité de l’Afrique notamment de l’ouest…
2006-01-15 21:08:35 de matthias
l’Afrique a besoin d’aide, c’est indéniable mais l’Afrique a aussi besoin de prendre son destin en main, de montrer qu’elle veut s’en sortie, de chercher l’union plutôt que la division
2006-01-15 22:13:29 de torvik
c’est vrai tu as raison, mais nos politiques (notamment commerciales) sont loin d’aider leur situation. Je prends un exemple : pour prendre son destin en main, il faudrait pouvoir exporter ses produits ou ses services, hors les subventions agricoles des européens ou américains créent des situations scandaleuses : trouver notamment du coton américain au Mali moins cher que le coton malien ! De plus, nous n’ouvrons pas suffisamment nos marchés pour eux.

Mais je pense aussi qu’il y a une tradition occidentale a considérer l’Afrique comme une proprieté : le rallye en est un bon exemple. J’aimerais savoir si les sponsors de la course, total, france télévision,etc… utilisent les profits gagnés pour faire quelque chose là bas où se content-ils de polluer les contrées et d’écraser les gosses?
2006-01-16 08:13:58 de amelichan
Un participant décédé c’est triste, mais il savait les risques en participant au Dakar, mais le décès de deux enfants de 10 et 12 ans, heurtés par des véhicules durant la course, c’est dramatique et pourtant cela laisse presque sans réaction les participants et organisateurs du rallye, comme ce témoignage de Luc Alphand, vainqueur de la catégorie auto, et qui déclarait : « Je n’aimerais pas que ça arrive devant ma voiture. Dans ce cas-là, peut-être que ça pourrait changer ma vision des choses. Mais si tu ne vas pas au ski, tu ne mourras pas dans une avalanche. »

Quelle course automobile, aurait continué si ces drames se serait passé sur le territoire français ou en Europe ? La vie de deux petits Africains a-t-elle la même valeur que celle de deux petits Européens ? Les responsables du Dakar ont dit vouloir continuer à travailler pour que cela ne se reproduise plus, nous verrons bien mais j’ai peur qu’il y ait d’autres décès à l’avenir. Quand les riches s’amusent chez les pauvres, voilà comment je défini le Paris-Dakar.

Il faut vraiment s’interroger sur la poursuite du rallye. L’argent qu’il procure aux villages, les puits que l’on fore, doivent pouvoir être apportés aux populations d’Afrique sans que des vies ne leur soient volées.

Arnaud Mouillard – http://hern.over-blog.com/article-1638460.html
2006-01-19 08:01:46 de Hern

Les enfants du Dakar

Il y a cette belle scène au début de Lawrence d’Arabie : Sur la route de la révolte arabe, Peter O’Toole s’arrête en plein désert pour boire l’eau d’un puits. À cet instant, Omar Shariff, surgi de nulle part, lui interdit de boire l’eau de « son » puits. Une belle amitié naîtra de la confrontation mais l’idée reçue du spectateur a pris du plomb dans l’aile : le désert n’est jamais désert.
Paris Dakar. Le 18 janvier 1988, Jacques Houot et Jean Bernard Moles écrasent une petite fille de dix ans entre Bamako et Kayes au Mali. Au JT du soir, le présentateur parle de l’accident. Pas d’images. Il enchaîne sur le vol de la Peugeot de Vatanen. Images : le pilote heureux d’avoir retrouvé son auto. Le pilote heureux d’avoir retrouvé dans son auto, sa mascotte, une peluche nommée Victor. Ainsi la mascotte de Vatanen s’appelait Victor ! Mais comment s’appelait la petite fille ?
Rien de neuf sous le soleil
Dix huit ans plus tard, ce 13 janvier, Maris Saukans et Andris Dambis écrasent un petit garçon de 10 ans en Guinée. La télévision ne donnera pas son nom, mais aujourd’hui le net peut dire tout bas ce que la télé devrait dire tout haut. Le petit garçon s’appelait Boubacar Diallo. À part cela, rien de nouveau. Absence d’images. En 20 ans l’exigence de sécurité routière a beaucoup augmenté. On parle aujourd’hui ni plus ni moins de criminalité routière pour qualifier les comportements irresponsables. Pourquoi pourrions-nous faire ailleurs ce que nous croyons devoir nous interdire ici ? Pourquoi considérer là-bas comme un exploit ce qui, chez nous, serait lourdement puni ? Au lendemain de l’accident de 1988, Jean Pierre El Kabbach interviewe le co-pilote qui n’a qu’une seule inquiétude : la police a retenu le conducteur au commissariat. Que fait Gilbert Sabine pour le faire libérer ? Pas un mot pour la victime. On en pense quoi aujourd’hui de cette parole-là ? Un rallye est une épreuve sportive : belle mais dangereuse. Dans ces pays où les routes sont des pistes, on devine que l’état n’a pas pour priorité la sécurité automobile. Pas d’hélico pour surveiller les embouteillages. Pas de rond-points à chaque croisement. Peu de panneaux routiers. Pas de trottoirs, de pistes cyclables, de feux rouges, d’éclairage routier. On sait que les autorités locales ne pourront pas sécuriser le circuit. Ou insuffisamment. Non seulement les villageois qui viendront voir les concurrents ne seront pas plus prudents que ceux d’Europe au cours de manifestations du même type, mais ils seront plus ignorants des dangers. Un enfant de dix ans qui n’a jamais vu d’autoroute n’a aucune idée de ce qu’est une voiture roulant à 130 kms/heure. La voiture de Saukans et Dambis faisait du 130 km/heure. Si un automobiliste traversait un village du Brabant wallon ou de Franche Comté et fauchait un enfant à 130 km/h, que ferait la télévision ? Ne serait-ce pas la Une du JT ? N’aurions-nous pas droit à des témoignages ? À une reconstitution ? À quelques déclarations politiques fracassantes sur des projets de répression accrue ? Ne verrions-nous pas les parents en larmes, les voisins en colère, les camarades de classe en état de choc ? Le psychologue qui les assistera demain matin en classe ? Ne verrions-nous pas des images bouleversantes des obsèques ? Et là ? Rien ! Pas une seule image ! France Télévision a envoyé 14 équipes pour couvrir le récent congrès du PS français mais il n’y aurait pas une seule équipe disponible pour couvrir les tragédies du Paris Dakar, grande compétition française, événement annuel super médiatisé ? On a beau se dire que les journalistes sportifs sont peut-être moins doués que d’autres pour traiter les sujets de société, quand les athlètes israéliens furent pris en otages aux jeux olympiques de 1972 à Munich, n’ont-ils pas délaissé avec raison le stade fraternel pour l’arène sanglante ? Savoir s’il faut regarder le doigt ou la lune, ne serait-ce pas l’abc du métier ? Pourquoi aucun d’entre eux n’a-t-il eu le cœur et l’âme de descendre de son 4×4 et de nous raconter comment les habitants d’un village africain ont vécu la mort de leur enfant ? Ce qu’ils pensent, eux, de ce qu’il faudrait faire à l’avenir ? Avec le temps et les épreuves, on est pourtant censé apprendre. Des accidents mortels, le Dakar en a déjà connu beaucoup. Serait-ce la règle du récit sportif qu’ils passent éternellement par profits et pertes ? Que les chiens aboient, que les mères pleurent et que la caravane passe, méprisante, à travers tout. Qu’on se contente de dire que la course est endeuillée. Comme si c’était la course qui était endeuillée et non les familles des enfants morts?
Conscience endormie
Je n’ai pas de réponse à cette question : Pourquoi la télévision, ses journalistes, ses images ont-elles parfois cent ans de retard sur l’éthique des téléspectateurs ? Pourquoi, quand elle passe de la soirée 11-11-11 à l’étape du Paris Dakar, la télé change-t-elle totalement de discours et nous donne-t-elle soudain une image de colonialistes indifférents aux misères du monde ? Que disent, que font, ces rédacteurs en chefs, ces directeurs, ces PDG, ces conseils d’administrations, ces membres de Conseils supérieurs de l’audiovisuel, tous censés être les gardiens de la déontologie, de l’information citoyenne, de l’éthique du service public, des valeurs humanistes, passons-en et de plus hautes encore ? Qu’ils se taisent une fois, c’est déjà une fois de trop, mais pourquoi à jamais ? Année après année ? Comme s’ils étaient lassés de l’avoir tant dit alors qu’ils n’ont pas commencé de le dire ? Sont-ils aveugles à la contradiction et à l’indécence ? Ou se sont-ils endormis devant la télévision ?
Télé décodée
http://site.voila.fr/gheude/page6.html

Un spectacle arrogant et humiliant

Luc Alphand est un homme heureux. Il a remporté la 28e édition du rallye Paris-Dakar qui s’est terminée le 15 janvier 2006 sur les bords du Lac rose au Sénégal. Cette victoire, il la voulait tellement qu’il n’a pas cédé au découragement après huit tentatives infructueuses. Pour cet ancien champion du monde ski, cette victoire n’est pas seulement une consécration sportive dans la catégorie « autos », elle lui apportera aussi certainement beaucoup de notoriété et lui permettra de renflouer confortablement son compte bancaire.
Aussi est-il agacé d’entendre des gens lui rappeler que cette année encore, le rallye a tué deux adolescents, Boubacar Diallo, 12 ans et Mohamed Ndaw 14 ans, coupables d’être sortis admirer le spectacle que représente la course automobile.
Faut quand même pas exagérer ! Pour deux négrillons écrasés, de prétendus moralistes veulent gâcher son bonheur, lui qui, explique t-il dans un grand hébdomadaire français (Le Journal du dimanche du 15 janvier 2006), « s’est défoncé tous les jours à faire 800 bornes, avec les efforts que ça représente toute l’année pour s’entraîner, pour développer les voitures » !
D’ailleurs, peste t-il, ceux qui dénoncent le caractère criminel du Paris-Dakar connaissent-ils réellement l’Afrique ? Savent-ils que « dans tous les villages et les pays traversés, c’est la fête ? » Que les habitants « chantent, dansent, courent partout parce que c’est super pour eux, le rallye ? » Pour tout dire, « qu’ils sont un peu inconscients » ces Africains ?.
Luc Alphand est d’une sincérité désarmante : « oui, je le dis : je suis heureux d’être là et d’avoir gagné cette course » et malgré les drames survenus, « ça ne va pas gâcher ce que je ressens, ce que j’ai accompli » déclare t-il avant d’annoncer fièrement qu’il « compte revenir ici faire de belles courses ».
Luc Alphand et ses copains n’ont pas à s’inquiéter. Ils trouveront toujours sur le continent des responsables politiques et administratifs complaisants et laxistes pour obtenir l’autorisation de traverser les pays de leur choix en dépit du risque très élevé d’allonger la liste des victimes de ce spectacle macabre qui a provoqué la mort de près de 50 personnes depuis 1978 dont 17 spectateurs. Sans que cela ne remette en cause cette épreuve de nantis étalant leurs richesses, et comme si les victimes faisaient désormais partie du décor !
Et si les Africains ne veulent plus mourir, il appartient, de l’avis de certains « aux pays traversés de faire attention et de mettre les moyens de canaliser la foule ». Autrement dit, les pays qui n’ont ni sollicité le passage, ni donné leur avis sur le tracé du rallye doivent se débrouiller pour assurer la sécurité des concurrents venus s’amuser chez eux !
Une requête que le président sénégalais s’est empressé de bien noter : « ce n’est pas parce qu’il y a des accidents qu’il faut arrêter le Dakar. C’est une très bonne chose. Nous ferons le maximum pour créer les conditions afin qu’il se poursuive ».
C’est sûr, le rallye a encore de beaux jours devant lui, d’autant que des associations et des organisations non gouvernementales qui militaient activement pour sa suppression ont maintenant baissé les bras. A deux reprises, en décembre 1984 et juillet 1985, des députés européens avaient tenté d’obtenir l’interdiction de la compétition. En vain. Ils avaient conclu que seule une action des autorités des pays africains permettrait d’obtenir la suppression du rallye.
En décembre prochain, on verra encore, sous les caméras de la chaîne publique France Télévisions, parrain du Dakar, « 500 connards sur la ligne de départ » selon les propres mots du chanteur français Renaud. Et encore plus d’Africains « inconscients », courant, chantant, dansant, quitte à se faire écraser ; parce que pour eux, le rallye, c’est super. Foi de Luc Alphand !
Wahab Sidibé
Lefaso.net
http://www.lefaso.net/article.php3?id_article=11927

Forum de l’article

> Rallye Paris-Dakar : un spectacle arrogant et humiliant
24 janvier 2006, par